Voyager en Iran / Villes / Isfahan

Isfahan

Située au pied de la chaîne du Zagros à une altitude de 1.574 mètres et traversée par le Zāyandeh Rūd, Ispahan est la troisième ville d'Iran avec une population de 1,6 millions d’habitants. Elle se trouve au carrefour des routes qui traversent l’Iran du Nord au Sud ou d’Est en Ouest, sur les routes commerciales entre la Chine, l'Inde et l’Empire Ottoman, et entre le Golfe Persique et la Russie. Cette position stratégique, la fertilité des terres entourant la ville, le climat rendu plus frais par l’altitude ainsi que la présence d’eau en abondance dans un pays aride ont été des éléments déterminants pour le développement et également pour le maintien de cette ville en tant que centre urbain qui a survécu à des cycles de prospérité et de déclin.

Avant la conquête arabe, la ville était coupée en deux villes séparées par le fleuve, d’un côté la ville iranienne, de l’autre la ville juive. Les turcs seldjoukides firent d'Ispahan la capitale de leur empire (1051) puis Ispahan connut ensuite une période de déclin avec l’occupation Mongole (vers 1244) et avec le sac de la ville par Tamerlan en 1387.

En 1597, sous les safavides, Shāh Abbās Ier déplaça leur capitale de Qazvin à Ispahan. C’est le roi lui-même qui planifie l’urbanisme de sa nouvelle capitale, en s’inspirant peut-être de la ville de Herat, alors centre culturel de l’Iran. Il commence par déplacer de force plusieurs milliers d’Arméniens depuis Jolfa au Nord-Ouest de l’Iran, où ils étaient harcelés par les Turcs ottomans, et les installe dans un quartier de l’autre côté du Zāyandeh Rūd, les autorisant à y construire leurs églises. La rive Sud du fleuve abrite les restes de cette importante population arménienne arrivée au début du 17e siècle.

SOUVENIRS