Voyager en Iran / Sites / Kermanshah / Taq Bostan

  • Taq Bostan
  • Taq Bostan

A l'extrémité nord de la Kermânshâh, un célèbre site sassanide est niché au pied des montagnes. Deux iwans tagnes. Deux iwans ont été creusés dans la s dans la roche et décorés s dede bas-reliefs. Le plus important, à gauche, date sans doute de l'époque de Khosrow II (591-628). Sur le fronton surmonté de créneaux dentelés, deux déesses de la victoire ailées sont disposées symétriquement autour d'un croissant: elle sont empruntées à la symbolique et à l'iconographie romaines. De part et d'autre de l'entrée, des piliers sont ornés de deux arbres, dont les rinceaux associent les feuilles d'acanthe de l'rt grec à des motifs floraux de l'Inde.

Au fond de l'iwan, dans la partie inférieure, une grande statue en ronde-bosse de 4,20 m de haut représente le roi armé sur un cheval cuirassé – symbole de la force royale et puissante évocation des armées sassanides qu'affrontèrent Romains et Byzantins. Un Senmurv est gravé sur le cheval. Dans la tradition populaire, la statue équestre de Khosrow II témoignerait d'une punition divine: le roi fut transformé en pierre pour avoir déchiré une lettre du prophète Muhammad l'appelant à l'Islam. Sur le register supérieur du fond de l'iwan, Khosrow II, debout au centre, est entouré par la déesse Anahita(à gauche) et par Ahura Mazda (à droite), qui remet au roi l'anneau du pouvoir royal.
Les parois latérales de l'iwan ont été sculptées de scénes de chasse, autrefois peintes. A gauche, une chasse aux sangliers dans marais peut se lire de gauche à droite; à droite,une chasse aux cerfs dans un parc demeurée inachevée peut se lire de droite à gauche. figuré plusieurs fois dans différentes postures, le roi est plus grand que les autres personnages et sa tête est nimbée. Il est entouré d'éléphants montés, de personnages à cheval, de musiciens jouant dans des embarcations, de sangliers courant dans les roseaux, etc. comparables à des peintures murales, ces reliefs vivants, finement décorés, aux rythmes variés, mêlent plusieurs principe stylistiques. Certains éléments sont traités en perspective, d'autres en function d'une vision aérienne, dans laquelle les objets plus ou moins éloignés sont représentés les uns au-dessus des autres, et non les uns derrière les autres (un procèdè que l'on retrouvera, à l'époque islamique, dans les miniatures).

Plusieurs épisodes successifs sont montrés en simultané, afin de donner un tableau synoptique et intemporel de la chasse. Le réalisme de la scène côtoie un mode symbolique de representation: la taille supérieure du roi, par exemple, souligne son importance. A l'époque islamique et qâdjâre, un relief coloré a été rajouté au-dessus de la scène de chasse, sur la paroi gauche: il représente trois princes du temps de Fath Alj Shâh(1797-1834).

Plus petit l'iwan de droite ne représente qu'une seule scène sur son fond: ShapurIII(383-388), à gauche, et son grand-père ShapurII(309-379), à droite, tous deux sculptés debout et en position frontale. A droite des iwans, à hauteur d'homme, un relief a été gravé au IVes.

Le roi ArdeshirII (379-383), au centre, re?oit l'anneau de pouvoir de Ahura Mazda (à droite). A gauche, le dieu Mithra est représenté pour la première fois. Debout sur une fleur de lotus, il tient un barsom et sa tête est auréolée de rayons, qui symbolisent la lumière solaire du Divin. Ardashir II et Ahura Mazda piétinent un soldat romain: symbole d'une double victoire sur l'ennemi et sur le mal.

Dans le périmètre de la visite, plusieurs chapiteaux sassanides, posés sur le sol, proviennent de Bisutun.