Voyager en Iran / 8 jours

  • 8 jours

Certains lieux résument davantage que d’autres l’essentiel du passé iranien. Le Musée archéologique de Téhéran permet, certes, une immersion initiale dans l’Histoire du pays, mais c’est à Persépolis que le voyageur découvre ce qu’était la puissance et la gloire des souverains achéménides fondateurs, au premier millénaire avant notre ère, d’un empire qui se voulait universel mais qui tombera sous les coups d’Alexandre le Grand. Au nord de l’imposant site qui vit le dernier shah d’Iran célébrer le 2500e anniversaire de l’Empire perse, c’est au souverain safavide Shah Abbas qu’Ispahan doit sa prospérité passée et son exceptionnel patrimoine monumental. Il y transféra, en effet, sa capitale à l’extrême fin du XVIe siècle et y mit ensuite en œuvre un programme de construction d’une ampleur exceptionnelle.. Avec ses anciennes tours du silence, héritières de la tradition zoroastrienne, et sa Grande Mosquée, l’ancienne ville caravanière de Yazd apparaît également comme l’un des plus brillants symboles du passé persan.

PLANIFIER UNE VISITE

Jour 1 - Paris - Téhéran
Vol pour Téhéran. Nuit à Téhéran.
Jour 2 - Téhéran
Capitale actuelle de l’Iran, Téhéran est une ville moderne dont les mille richesses se dissimulent au cœur d'une mégalopole de quatorze millions d'habitants. Petit bourg commerçant, Téhéran se développa après la destruction de Ray – Raghès pour les Anciens – lors de l'invasion mongole de 1228, mais ne devint capitale que sous les Séfévides au XVIe siècle. Nous visiterons le Musée archéologique où a été rassemblée la plus grande part des trésors de l’histoire de l’Iran, des temps antiques à l’époque islamique. Nous traverserons ensuite la ville moderne et visiterons, entre autres, le musée du Tapis qui nous présentera les plus remarquables spécimens de cet art typiquement persan. Vol vers Chiraz en fin d’après-midi. Nous découvrirons la ville, telle qu'elle fut voulue par Karim Khan Zend qui en fit sa capitale au XVIIIe siècle, à travers les nombreux édifices dont celui-ci embellit sa ville. Nuit à Chiraz.
Jour 3 - Persépolis – Shiraz
La matinée sera consacrée à la visite de Persépolis (Unesco), temps fort archéologique du circuit. Dans un périmètre étroit construit de main d’homme, furent édifiés pendant plus de cent ans des monuments spectaculaires dont l’objectif était d'attester, au regard des peuples vaincus et vassaux, la grandeur de l’empire achéménide. Empruntant le majestueux escalier qui se prolonge par la voie processionnelle, nous atteindrons l'Apadana dont les accès sont décorés de la célèbre frise des Tributaires. Nous découvrirons ensuite la salle aux Mille-Colonnes édifiée par Xerxès et le « trésor », centre administratif et financier de l'empire achéménide. Les deuxtombeaux d’Artaxerxès II et d’Artaxerxès III surplombent le site d’une manière grandiose. Non loin de là, à Naqsh-e Rostem, creusés dans les falaises, quatre hypogées cruciformes sculptés en l’honneur des Darius, de Xerxès et d’Artaxerxès Ier nous livreront de nouvelles traces du passé. Devant ces hypogées s’élève un monumental temple du Feu édifié à l’époque perse. Au bas des falaises se trouvent d’intéressants bas-reliefs d’époque sassanide et quelques vestiges des œuvres antérieures des Parthes arsacides. Nous prendrons ensuite la route d'Ispahan que nous atteindrons dans la soirée. Nuit à Ispahan
Jour 4 - Ispahan
Nous consacrerons deux jours aux visites d'Ispahan. Ce fut shah Abbas qui, en transférant sa capitale à Ispahan en 1598, fonda la prospérité et la réputation de cette cité. Il se consacra à l’érection de palais et mosquées avec un tel enthousiasme qu’Ispahan s’imposa, au XVIIe siècle, comme la plus belle ville du monde. La nouvelle ville, conçue selon un urbanisme empreint de grandeur et oublié depuis les Antiquités classique et sassanide, connut une période de richesse rarement égalée, célébrée par ce dicton : « Ispahan, la moitié du monde. » L’écroulement, en 1722, de la dynastie séfévide, héritière de shah Abbas, marqua le déclin de la capitale qui fut alors réduite jusqu’à nos jours au rang de petite cité provinciale. Ces deux journées permettront d’explorer un admirable patrimoine artistique : le palais d’Ali Qapou aux fresques surprenantes, lamosquée du Vendredi (Unesco) qui a conservé une partie de son architecture seldjoukide, le mausolée de Darb-é-Imam, le minaret Ali, le pavillon aux Quarante-Colonnes et, après une multitude de petits joyaux architecturaux, la mosquée du Roi édifiée par le shah Abbas, certainement le monument le plus prestigieux d'Iran, et la mosquée du cheikh Lotfollah aux merveilleuses mosaïques de faïence. Nous ne négligerons pas, bien sûr, l’antique bazar, toujours nommé le Kaysarieh en référence au commerce que la Perse antique faisait avec les Romains, ni le quartier arménien de Djolfa où vit, depuis le XVIIe siècle, une importante communauté installée par le shah Abbas qui voulait enrichir sa ville de commerçants, d’artistes et d’artisans compétents. Nuits à Ispahan.
Jour 5 - Ispahan
Deuxième journée de visite à Ispahan.
Jour 6 - Nain - Yazd (360 km)
Nous quitterons Ispahan pour Yazd en traversant la zone désertique du centre de l’Iran. En chemin, nous visiterons Nain, cité dont le patrimoine monumental traditionnel a été préservé : autour d’un ancien château sassanide et de la mosquée se dressent de nombreux édifices. L’un d’eux, un husseniye, fut spécialement construit pour la représentation théâtrale religieuse commémorant le martyre d’Hussein, assassiné à Kerbela en 680 par les troupes omeyyades. Dans l’après-midi, nous aborderons les richesses de Yazd, ancienne ville caravanière dont la prospérité s’établit jusqu’au XVIIe siècle sur le commerce de la soie. Nuit à Yazd.
Jour 7 - Yazd - Téhéran
La journée sera consacrée à la visite de Yazd. Nous partirons à la découverte des zoroastriens, aujourd’hui encore adeptes de cette ancienne religion de l’Iran. Nous admirerons, dans les solitudes du désert, d’anciennes tours du Silence : il y a quelques années encore, les défunts s’y faisaient déchiqueter par les oiseaux, afin que ne soient pollués ni la terre, par l’inhumation, ni l’air, par la crémation. Nous visiterons ensuite l’actuel temple du Feu de Yazd où brûle un feu allumé il y a près de 1 500 ans, le plus ancien feu en activité dans l’Iran d’aujourd’hui. Une promenade à pied dans les anciens quartiers de la ville construits en terre et en bois autour de laGrande Mosquée, nous permettra d’admirer des maisons anciennes et des medersa à l’architecture stupéfiante. Puis le palais de Dowlat-Abad nous révélera un beau jardin persan où s’élève un pavillon extraordinaire rafraîchi en permanence par sa tour des Vents, haute de près de cinquante mètres. En soirée, vol pour Téhéran. Nuit à Téhéran.
Jour 8 - Téhéran - Paris
Tôt le matin, vol pour Paris que nous atteindrons en début d’après-midi.